Métamorphose j 10

vert_turquoise-removebg-preview[3]

    J /10 Atelier créatif

Métamorphoses

     Le partage continue !

Aujourd’hui, j’ai envie de vous faire partager un article repris par deux Valérie ainsi que le point de vue d’Anne-Marie Jobin ( créatrice du journal créatif ) sur la situation présente. 

Les demeurés

Par Gaëtan Namouri

 » Voilà ce qui va se passer. Quand tout redeviendra normal, vous allez démissionner,vous allez tomber amoureux ou vous séparer, vous allez déménager, vous allez apprendre une autre langue ou commencer à bricoler. Bref, vous allez vivre. Privé d’être ensemble, chacun de nous va participer à une révolution, un printemps intérieur.

Sous des airs de résilience collective, nous avons l’impression d’apprivoiser ce moment suspendu. En cet instant, un milliard de terriens sont chez eux. Assignés à résidence. Forcés à rester. Nous, les êtres du mouvement perpétuel! Mais qu’allons-nous devenir?

(…)

Bellamy a baptisé son essai « Demeure ». Demeure comme « la maison », « le foyer », le point fixe par excellence choisi par les humains, l’endroit où les êtres mouvants que nous sommes atterrissent pour se reposer. La demeure, c’est l’endroit où l’on reste, où l’on se pose, où l’on se dépose. La demeure, c’est le lieu du mouvement à l’arrêt.

Nous sommes donc forcés à demeurer. Nous ne vivons pas cette sentence également. On ne vit pas cette retraite de la même manière à cinq ou seul, en couple ou avec un chien, à la campagne ou en ville. Mais tous, nous restons. Or, le mouvement continue, et alors même que le mouvement vers l’extérieur est devenu impossible, il continue de se faire vers l’intérieur. Nous errons. Nous vaquons à nos occupations. Vaquer partage son étymologie avec les vacances. Occupé ou pas, votre cerveau est en vacances. Et vaquer — vacare — veut dire à la fois être inoccupé, oisif… et être libre.

Une demeure à occuper, un cerveau à occuper. Que va-t-il se passer ? Notre cerveau va meubler. 

Les recherches scientifiques ont démontré que notre cerveau a plusieurs manières de fonctionner. Il utilise deux types de circuits.

Un circuit opérationnel, utilisé quotidiennement au travail : notre cortex préfrontal oriente notre attention vers ce qui compte, il planifie l’étape suivante, il utilise notre mémoire de travail pour résoudre des problèmes, pour détecter des erreurs potentielles qui nous empêcheraient d’atteindre nos objectifs. Or, ce circuit puise dans une réserve de dopamine qui finit par s’épuiser. Nous avons alors besoin d’une pause pour « recharger les batteries ». Et nous voilà au repos. Mais… Quand notre cerveau se repose, il est paradoxalement plus actif que quand nous le faisons travailler. Il active un second circuit.

Le circuit par défaut est un circuit activé quand nous ne faisons rien. Certains d’entre nous détestent ce “mode” et font tout pour l’éviter, en se remplissant de tâches opérationnelles. Or il se cache une richesse incroyable dans cet état précis. Trois zones de notre cerveau sont alors activées : la première est la visualisation de ce qui nous concerne nous, comme une réflexion sur soi-même. La deuxième est la mémoire autobiographique, on se rappelle de ce que nous avons été. La troisième active la capacité de se projeter, ainsi qu’une capacité d’empathie. Ce mélange est explosif de créativité. Soudain, vous vous souvenez de cet autre vous qui dort dans votre âme, qui voulait être musicien ou jardinier. Vous vous projetez en un vous-même amélioré, celui que vous désirez réellement être. Vous vous voyez “à la troisième personne” et vous êtes en empathie avec ce personnage que l’opérationnel a maltraité tout ce temps.

Cela explique pourquoi les grandes décisions de notre vie sont prises quand on est en vacances, quand on est ailleurs, partis. Or, ce n’est pas le lieu qui compte : c’est le repos. Demeurés que nous sommes. Nous sommes privés de routine. Notre circuit opérationnel est déboussolé. Passée la fatigue provoquée par la recherche d’un nouveau fonctionnement acceptable pour notre cerveau routinier, nous entrons dans une phase d’ataraxie, de repos de l’âme. 

Nous sommes demeurés, enfermés chez nous, privés de mouvement. Les petits robots bien programmés que nous étions passent en mode “veille”. Un mode infiniment plus créatif, plus bienveillant, plus en phase avec un soi qui dormait, occupé à faire bien d’autres choses. Même s’il est inconfortable pour certains, le circuit par défaut va vous faire sortir de vous-mêmes. Vous y verrez le robot en panne et vidé de dopamine. Vous y verrez surtout l’enfant rêveur que vous avez été, et qui n’attend qu’une paire de bras rassurants : les vôtres.

Le demeuré que vous êtes va libérer une meilleure version de lui-même, une version nouvelle.

Nous vivons un grand moment. Privés de sortie, empêchés de collectif, nous participons à une révolution majeure, comme un printemps intérieur.

Et vous savez quoi? Ça va bien aller.  » 

Source : https://www.perrierjablonski.com/article/les-demeures

Au regard de cet article, j’ai décidé de travailler sur la métamorphose qui s’opère en nous.

Pour cette dernière, nous allons utiliser les mots qui nous font peur. car comme le dit si bien Anne-Marie Jobin,

 » même si nous évitons d’écouter les informations, la peur collective nous atteint. Il est alors important de conscientiser tout cela. D’intensifier ses pratiques, : méditer, aller dehors tous les jours si possible, faire du journal de façon plus approfondie, faire le Travail de Byron Katie sur mes croyances face à cette situation, écouter mon corps, réduire le temps passé à regarder les infos. C’est dans cette optique que je partage avec vous quelques outils assez simples qui m’aident à me recentrer. Rien de tout à fait nouveau, mais des liens qui permettent de mieux saisir la portée de ces outils.   

COURS GRATUIT D’INTRODUCTION AU FOCUSING

L’une de vous m’a pointée récemment cette ressource (merci Claire :)) et la démarche est d’une efficacité et simplicité désarmante. Cinq étapes pour « devenir plus grand que ce qui nous dérange »Je l’ai pratiquée beaucoup durant quelques semaines et je la pratique dans la nuit… généralement, ça marche très rapidement… Il y a 5 étapes bien claires, tout est expliqué dans leur PDF et vidéos. Voici le lien si ça vous intéresse. « 

  Anne Marie Jobin

° Pour ce premier exercice de métamorphose, je vous propose d’écrire ou de découper dans un journal les mots qui vous font peur.

 

                                                                     .Capture d’écran 2020-03-27 à 11.43.09.png

° Puis, vous découperez chaque lettre de ces mots pour en former de nouveaux qui vous soient réconfortants (prenez une photo avant l’exercice).

Capture d’écran 2020-03-27 à 11.50.41.png

 

° Vous les collerez sur votre cahier en regardant la photographie prise afin de n’en oublier aucun. Puis vous écrirez un poème métamorphique . Dans ce poème, tous les mots transformés devront être utilisés (sacré challenge!).

° In fine, vous devrez vous imaginer en quoi ces mots peuvent changer votre futur et agrémenterez votre feuille de dessin qui vous propulse vers votre métamorphose afin de vous en imprégner. 

Pour ce  week-end, je vous propose de revoir ce que vous avez déjà accompli et de terminer ce qui ne l’a pas été. Pour ma part je dois finaliser mon mandala des sons ainsi que mon Paysage de détente. 

                                                    On se retrouve lundi promis !

 

 

 

 

 

 

Une réflexion sur “Métamorphose j 10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s