« Dans ma cuisine »

                              

vert_turquoise-removebg-preview[3]

    Atelier créatif du confinement

Aujourd’hui, j’ai décidé de partir, de larguer les amarres vers un ailleurs. Envie de rencontrer de nouvelles odeurs, de nouvelles couleurs. La destination :

        ma cuisine !

Pour cela, j’ai décidé de m’y installer et d’imaginer que c’est la première fois que je m’y rend. Mon but : redécouvrir ce que je pense connaître par 💜. Car comme le dit si bien Marcel :

« Le seul véritable voyage, le seul bain de Jouvence, ce ne serait pas d’aller vers de nouveaux paysages, mais d’avoir d’autres yeux, de voir l’univers avec les yeux d’un autre, de cent autres, de voir les cent univers que chacun d’eux voit, que chacun d’eux est …

 Marcel Proust

 

1/ Pour cela, j’ai décidé de faire un fond en peinture d’épices pour donner une odeur à ce voyage. Cf recette ci-dessous.

 

Capture d’écran 2020-04-06 à 22.53.56.png

peinture aux épices

Capture d’écran 2020-04-07 à 18.17.56.png

Pour ma part, j’ai choisi la cannelle pour son odeur. Comme c’est un peu granuleux ( mais l’odeur est très agréable), j’ai opté pour ne garder que les contours de la base et j’ai recollé une feuille blanche par dessus pour le dessin.

2/ Puis, j’ai passé un certain temps à la regarder, et j’ai dessiné des parties de certains éléments qui la compose sur la base réalisée préalablement, je peux même en modifier la place pour ressentir ce que ce changement produit chez moi.

3/ Une fois ce patchwork réalisé, j’ai répondu à ces débuts de phrase : 

4/   dans ma cuisine j’ai changé ——– de place.

     – Ce changement a produit ——–.

     – J’ai aussi vu les choses différemment et cela me rend ————–.

Puis utilisez les mots que vous avez trouvés (à partir du second)  et incérez les dans les phrases si dessous :

Avec le confinement j’ai changé de vie.

    – Ce changement à produit ——-

    – Cela me permet de voir les choses différemment et cela me rend ——

Est-ce que cela correspond  au même ressenti ? si non remplacez ces mots par d’autres qui vous apaisent .

 

 🌸Aude Meslay Sophrologue et animatrice en journal créatif 🌸

🌸9 rue Kléber à Issy les Moulineaux🌸

le stress

Pour faire suite à mon blog sur une rentrée sereine, j’aimerai vous faire partager la réflexion de Matthieu Ricard sur le stress tirée du magazine esprit YOGA.

À la question : « faut-il se méfier du stress par « excès » de bonne volonté, par trop de compassion ? »

Matthieu Ricard répond : « je ne pense pas qu’il y ait une fatigue de la compassion…  j’en ai parlé avec Jean Vanier le fondateur de l’Arche. Qui me disait : » qu’effectivement  quand on travaille avec des personnes qui souffrent, dans son cas les handicapés, il ne faut pas vouloir trop en faire. Ce qui compte, c’est de s’ouvrir à l’autre, de dialoguer, d’être présent à l’autre et de prendre son temps. À vouloir trop en faire, on se sent acculé par un sentiment d’impuissance ».

Je suis tout à fait d’accord avec ce point de vue, car dès qu’on se sent dépassé, on n’arrive plus à effectuer correctement son travail. Des sentiments comme la colère, la peur, l’angoisse nous agressent et nous déstabilisent. De plus, nous nous identifions à ces mêmes sentiments alors qu’ils ne sont qu’une réaction au stress. Tout cela nous pousse à avoir une image détériorée de notre personne et n’aide en rien à avancer.

D’où le besoin de prendre du recul sur soi et sur ces actes.